Faire son dentifrice maison : recette saine et écologique, validée par des dentistes !

Le dentifrice est un inconditionnel du quotidien. Les recettes ont bien évoluées depuis les premières poudres égyptiennes et le tout premier tube souple de Colgate & Company en 1986. Le principe est cependant toujours resté le même : aider à une bonne hygiène bucco-dentaire. Aujourd’hui, certains ingrédients de nos pâtes dentifrices industrielles sont suspectés d’agir comme perturbateurs endocriniens. De plus en plus de personnes tentent alors de revenir à des recettes maison, suivant la tendance des DIY Zéro Déchet. Connaissez-vous toutes les propriétés recherchées ? Savez-vous l’utiliser correctement ? Comment garantir une bonne efficacité pour de belles dents en bonne santé ? Nous allons vous présenter dans cet article les erreurs à éviter ainsi qu’une recette validée par les dentistes. Après avoir lu cet article, vous n’aurez plus de doute sur les meilleures recettes !

  1. A quoi sert un dentifrice ?
  2. Comment choisir sa brosse à dent ?
  3. Quels sont les reproches adressables aux actuels dentifrices industriels ?
  4. Comment choisir son dentifrice ?
  5. Quels sont les ingrédients d’un dentifrice maison sain et écologique ?
  6. Quelles sont les erreurs à éviter concernant son dentifrice maison ?
  7. Qu’en pensent les dentistes ?
Dentifrice maison sain écologique et zero dechet

A quoi sert un dentifrice ?

Un dentifrice, ou pâte dentifrice, est appliqué sur une brosse à dents et agit en complément de l’action mécanique de la brosse. C’est le brossage (par brosse et brossette interdentaire) qui va déloger les bactéries présentes sur notre dentition, notre palais, nos gencives, notre langue et l’intérieur de nos lèvres. Le dentifrice est donc secondaire et d’autres méthodes de brossage existent dans le monde qui ne l’incluent pas, comme le nettoyage bucco-dentaire aux branches de siwak ou margousier (neem). En France, l’usage du dentifrice est généralement recommandé car il va prolonger l’effet du brossage en retardant le retour des bactéries grâce à ses propriétés anti-bactériennes. Le dentifrice ajouté à la brosse à dent permet d’enlever plus facilement la plaque dentaire, de favoriser une bonne haleine et de lutter contre les caries ou des infections type gingivite. 

Comment choisir sa brosse à dent ?

Puisque l’essentiel d’une bonne hygiène bucco-dentaire est assurée grâce au brossage, cette question précède même celle du choix du dentifrice. L’arbitrage entre brosse à dents électrique et brosse à dent manuelle est ardu et dépend de votre capacité, et de celle de vos enfants, à effectuer un bon brossage. La brosse à dent électrique simplifie le travail en vibrant seule, et permet ainsi de pallier à un brossage peu efficace. Néanmoins, son apparente facilité peut avoir pour effet rebond de raccourcir votre temps de brossage et l’attention à passer partout. De plus, son coût énergétique et écologique est bien plus important que celui d’une brosse à dent manuelle. Il faut en remplacer le manche et tête en plastique dur régulièrement, la recharger, sa batterie n’est pas recyclée et son obsolescence esthétique est supérieure. 

Nous vous conseillons donc plutôt une brosse à dent manuelle associée à un brossage consciencieux : des gencives vers le bas des dents, et suffisamment long pour avoir le temps de passer dans tous les recoins de votre bouche. Les dentistes recommandent un temps approximatif de brossage de 3 minutes, ainsi que de changer les poils de votre brosse à dent tous les 3 à 9 mois, suivant leur état. La dureté des poils dépend de l’entretien de votre gencive et émail, et les “medium” sont en général les plus recommandées. 

Quant à la matière de votre brosse à dent, des entreprises se penchent sur la question pour en limiter le coût environnemental. Une brosse à dent en plastique classique, outre son emballage souvent superflu, participe à la génération de 1,5 kilos de déchets cachés sur tout son cycle de fabrication. Chaque année, 5 milliards de brosses à dents en plastique sont jetées, dont une grande partie se retrouve dans les océans. 

La filière des brosses à dent en bambou est chinoise, leur fabrication nécessite l’utilisation de produits toxiques, et leur importation a un bilan carbone élevé. Il en résulte qu’en France, la moins mauvaise brosse à dent d’un point de vue écologique et de santé globale est actuellement celle en bois français ou plastique recyclée dont seul le petit embout comportant les poils se change avec l’usure. Vous en avez plusieurs modèles fabriqués en France chez Caliquo, Lamazuna, La Maline, Bioseptyl ou MyBooCompany par exemple. 

Quels sont les reproches adressables aux actuels dentifrices industriels ?

Les dentifrices industriels actuels ont des effets décriés sur la santé et sur l’environnement : 

le tube plastique qui les contient n’est pas biodégradable, généralement non-recyclable et souvent sur-emballé dans un carton.

les pâtes contiennent des micro-plastiques, devenus communs depuis les années 1990 pour leur effet légèrement abrasif sur la plaque dentaire et pour des questions de rentabilité économique. Ils peuvent constituer jusqu’à 10% de la pâte. Outre leur impact sur l’environnement car on les retrouve dans les stations d’épurations, les cours d’eau et la faune aquatique, ces micro-plastiques restent souvent bloqués dans nos propres gencives et sont ingérés par notre organisme. Leurs impacts sur notre santé sont encore méconnus à long-terme mais ils inquiètent de plus en plus les professionnels de santé comme le révèlent plusieurs études rassemblées par l’ONG Plastic Health Coalition.

leur teneur en substances toxiques pour conserver, colorer ou texturer qui représentent des risques cancérigènes, biocides ou de perturbation endocrinienne. Une étude d’Agir pour l’Environnement a révélé en 2019 que deux tiers des dentifrices du commerce (même en bio) contiennent par exemple du dioxyde de titane (TiO2). C’est un colorant qui devrait bientôt être interdit dans le secteur alimentaire à cause des dangers qu’il représente pour l’environnement, pour notre santé, et pour celle des travailleurs·euses. En 2018, le Haut Conseil de la Santé publique a lancé une alerte très forte sur les risques pour les travailleurs·euses exposés au dioxyde de titane, que ce soit sur les sites de production ou les sites où l’on manipule la substance, comme une usine de fabrication de dentifrices. Une étude de l’association UFC-Que choisir révélait de même en 2016 que 12 des dentifrices les plus vendus en France contiennent du Sodium Lauryl Sulfate, du Sodium Propylparaben et même du Triclosan, trois perturbateurs endocriniens épinglés par l’INSERM et la Fondation David Suzuki pour la santé.

leur teneur en fluor, source de contamination pour les eaux en stations d’épuration.

Comment choisir son dentifrice ?

Pour choisir son dentifrice, il convient donc d’en regarder la composition. Huit ingrédients sont particulièrement à éviter : le dioxyde de titane, le triclosan, le sodium lauryl sulfate (SLS), les édulcorants artificiels comme l’aspartame, le fluorure (responsable de la fluorose dentaire), le propylène glycol, la diéthanolamine (DEA) et les microbilles plastiques. Ensuite, il conviendra de choisir celui ayant le moins d’emballage jetable, et fabriqué le plus proche. Il existe désormais des dentifrices solides et rechargeables, ainsi que des recettes à faire soi-même.

Quels sont les ingrédients d’un dentifrice maison sain et écologique ?

Le dentifrice doit permettre d’enlever plus facilement la plaque dentaire, de favoriser une bonne haleine et de lutter contre les caries ou des infections type gingivite. Pour enlever plus facilement la plaque dentaire, un dentifrice a besoin d’avoir un effet légèrement abrasif. En France, cet effet peut être obtenu grâce à l’argile blanche, qui a de plus des propriétés anti-bactériennes. Pour la bonne haleine, l’huile essentielle de menthe poivrée est un ingrédient couramment utilisé. Attention néanmoins : comme toute huile essentielle, elle n’est pas recommandée aux enfants ni aux femmes enceintes. Vous pouvez y substituer un hydrolat. Pour des gencives fragiles, de l’huile essentielle de clou de girofle aura un effet apaisant et protecteur. En cas de doute, demandez à votre médecin ou à votre dentiste. Enfin, pour retrouver la substance agréable de la pâte dentifrice, il peut être utile d’y ajouter de l’huile de coco et de l’eau. L’huile de coco a un bilan carbone important, alors tout comme l’huile essentielle qui demande beaucoup de ressources, elle est à utiliser avec parcimonie. Nous la conseillons car ses propriétés antibactériennes renforcent l’efficacité anti-caries de ce dentifrice, et lui confère une texture plus facilement adoptable par tou·te·s. Nos critères de santé, écologie, éthique, sont accompagnés d’un nécessaire critère d’adoptabilité pour que cette recette puisse être une alternative viable aux dentifrices du commerce. 

Pour un petit pot de dentifrice (à garder 3 mois maximum):

  • 4 bonnes cuillères à soupe d’argile blanche fine
  • 1 cuillère à café d’huile de coco
  • 5 à 10 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée
  • un peu d’eau pour obtenir une texture crémeuse

Quelles sont les erreurs à éviter concernant son dentifrice maison ?

Faire son dentifrice maison n’est pas une obligation, certaines marques et apothicaires peuvent en proposer de très bons. Néanmoins il est important de garder son esprit critique sur son utilité et ses composants. Certaines recettes de dentifrice maison incluent du bicarbonate de soude alors que celui-ci est trop abrasif pour une majorité d’emails. Il est à réservé aux dépannages ou usages ponctuels. Nous vous recommandons également d’éviter toutes les recettes contenant de nombreuses huiles essentielles. Leurs principes actifs ne sont pas neutres, et il n’est pas nécessaire de rallonger la liste pour obtenir l’effet antibactérien et bonne haleine recherché. La présence de fluor dans un dentifrice n’est pas nécessaire à partir du moment où vous avez accès à une alimentation diversifiée en fruits et légumes qui en contiennent, ainsi éventuellement qu’à l’eau potable du robinet. L’ajout de fluor peut néanmoins être une aide pour de jeunes enfants afin de leur apporter une couche de protection supplémentaire contre les caries. Bien que rien ne remplacera une alimentation saine, un bon brossage, pas de grignotage entre les repas, et une bonne posture morphologique en journée, évitant la décompensation en bruxisme la nuit.  

Qu’en pensent les dentistes ?

La recette de dentifrice que nous vous recommandons dans cet article a été testée et approuvée par deux dentistes faisant partie de notre comité scientifique, ainsi que par les nombreux·ses dentistes interrogé·e·s depuis. Vous en retrouverez une interview complémentaire ici. Attention, cette recette peut être amenée à être contestée, à devoir évoluer suivant l’avancée des savoirs et études en la matière, ou ne pas vous convenir. Cet article n’a pas vocation à se substituer à un avis médical personnalisé.

LA NEWSLETTER 

des infos variées, rafraîchissantes,
étonnantes, et toujours vérifiées,
pour avancer dans ta démarche écologique. 

ABONNE-TOI !